LA SIESTA célèbre sa toute première récolte de coton bio dans le cadre du projet « Organic Cotton for Colombia »

Nous avons cet été un évènement spécial à LA SIESTA :

Les premières pousses de coton sortent du paillis. En empêchant le dessèchement trop rapide des sols et en favorisant le développement d’organismes auxiliaires, le paillis fait partie des méthodes utilisées en agriculture biologique dans les climats tropicaux.

Grâce à l’engagement du fondateur de LA SIESTA, Alexander Grisar, le coton bio que nous avons planté à Tolima, en Colombie, vient pour la première fois d’être récolté, puis filé à Medellín, la ville où nous produisons nos hamacs colombiens. Cet évènement nous réjouis particulièrement : c’est en effet une importante étape vers une production plus intelligente et respectueuse de nos hamacs colombiens, notamment afin de réduire les distances parcourues par notre matière première, le coton bio.

LA SIESTA et le coton biologique: une histoire de cœur

Jens Soth, consultant international de la Helvetas Swiss Intercooperation, examine le développement des capsules de coton.

En 2008, alors que LA SIESTA était encore sous la direction d’Alexander Grisar, nous étions le premier fabricant de hamacs à commercialiser des produits tissés en coton organique. Depuis nous n’avons eu de cesse de continuer notre travail de pionnier: aujourd’hui, 20% de nos articles en coton sont du coton biologique. En 2014, nous avons obtenu la certification GOTS pour nos produits de Colombie en coton bio : cette certification, à travers un panel de critères environnementaux et sociaux, est considérée comme la référence la plus rigoureuse au monde en matière de certification de produits textiles.

L’initiative SOCiLA

SOCiLA (Support Organic Cotton in Latin America) a été créée conjointement par Alexander Grisar et LA SIESTA dans le but de soutenir la culture du coton biologique en Amérique Latine. SOCiLA s’engage depuis six ans afin de promouvoir les mérites et les opportunités que représentent la culture et l’usage du coton bio. Parallèlement, elle s’est mise à la recherche d’endroits adaptés à l’implantation de cultures de coton biologique dans plusieurs pays d’Amérique latine, et spécialement en Colombie. Avec le projet Organic Cotton for Colombia, le projet de LA SIESTA de cultiver son propre coton biologique dans le département de Tolima prend un nouvel élan.

P003

Présentation du site dans la maison de Carlos Brigard, directeur technique du projet.

Le projet: approche et exécution pratique

Le projet a été instauré avec le concours de divers partenaires locaux et d’un consultant européen renommé : implanté sur quatre parcelles dans un périmètre de 80 km au sud de Tolima, il occupe une surface agricole totale de 21 hectares.

LA SIESTA a assumé tous les frais (notamment la culture, les traitements et les consultations) et a ainsi produit son propre coton et son propre fil.

La récolte a été faite au mois d’août. Si les rendements n’ont pas entièrement répondu à nos attentes, ils nous ont tout de même permis d’engranger de l’expérience et ils nous encouragent à continuer l’aventure avec d’autres cultures similaires. LA SIESTA s’est en outre engagée à acheter à un prix fixe du coton biologique auprès d’un groupe de paysans du sud de Tolima pour une durée minimale de cinq ans.

La fibre de coton a été séparée des graines dans une unité d’égrenage située entre les différentes zones de production. Les fibres recueillies ont ensuite été traitées dans une usine de filage située à Medellín.

Toutes les parcelles et l’unité d’égrenage ont obtenu la certification biologique suivant les critères européens (EC 834/2007) et américains (USDA/NOP), l’unité d’égrenage et l’usine de filage ont obtenu la certification GOTS.

De nombreuses personnes en Colombie s’imaginent que les certifications sont coûteuses et compliquées à obtenir. Avec notre projet nous souhaitons donner un exemple aux paysans locaux et à la filière textile du pays, et faire savoir que les certifications Bio et GOTS sont en outre une véritable porte d’entrée sur les marchés étrangers !

Día de Campo

Nous avons présenté publiquement notre projet deux semaines avant la première récolte. Avec deux bus, l’un partant de l’aéroport de Bogotá et l’autre de la région de Tolima, nous avons présenté le projet à des agriculteurs, des représentants de l’industrie textile, des acteurs du monde associatif et des représentants politiques régionaux et nationaux. De nombreuses personnes firent en outre le déplacement depuis l’étranger (Brésil, Suisse, Allemagne, Australie). Le concept de notre projet, avec comme moteur l’engagement d’une petite entreprise, et l’idée d’associer l’agriculture traditionnelle avec le développement de la culture biologique en Colombie rencontrèrent un vif intérêt auprès de nos invités.

P004

Photo prise à la fin de la rencontre Día de Campo à la Finca San Nicolás, El Guamo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Organic Cotton for Colombia : les bénéfices pour l’homme et pour la nature

Outre les effets environnementaux d’une réduction du volume de transports, la production de coton biologique en Colombie devrait apporter de nombreux bénéfices :

  • protection de la santé des agriculteurs et de leurs familles,
  • préservation et revalorisation des sols en empêchant leur érosion,
  • préservation de la biodiversité en réduisant les monocultures,
  • Assainissement des eaux de surface et des eaux souterraines,
  • création de nouveaux emplois dans la région,
  • conquête de nouveaux marchés pour les usines textiles et de confection.

Nous espérons que notre désir de produire nos propres hamacs en coton biologique 100% colombien s’accompagnera d’une amélioration des conditions de vie et de travail des femmes et des hommes qui, tout au long de la chaîne de production, nous font profiter de leur passion et de leur savoir-faire!

Comments

comments